Pourquoi faire l'école à la maison? La réalité d'une enseignante à domicile


Ce texte a été rédigé par notre blogueuse invitée, Julie R-Bordeleau, enseignante

Pourquoi choisir l'école à la maison? Quels sont les avantages d'enseigner à ses enfants? Julie R-Bordeleau, maman et pigiste en éducation, a vécu l'éducation à domicile avec ses enfants. Elle nous explique ici les raisons derrière son choix, les avantages et les défis rattachés à ce mode d'éducation. Je lui ai posé quelques questions au sujet de sa réalité alors qu'elle était maman éducatrice.

Entrevue avec Julie R-Bordeleau, pigiste en éducation

Qui es-tu? Quel est ton cheminement professionnel?

Enseignante de sciences au secondaire de formation, reconnue au Québec et en Ontario, je suis devenue maman par un beau jour ensoleillé de juillet. Ce changement de vie m’amena à remettre en question ces choix de vie afin d’offrir le meilleur quotidien qui soit pour mes enfants. Le rythme du marché du travail et celui qui est imposé par la société n’étant pas optimal pour notre famille, mon conjoint et moi avons opté pour que maman reste à tout le moins à la maison lors des jeunes années des enfants. Ceci permet à notre famille de bénéficier d’une certaine stabilité au sein du noyau parental, car papa s’absente périodiquement pour son travail.

Au rythme de mes expériences de maman à la maison, j’ai découvert un monde fascinant: l’apprentissage en famille. La possibilité d’apprendre avec ses enfants toutes sortes de choses, et qui, légalement, est une option possible lorsque vient le temps du choix d’éducation désiré pour la marmaille est venu faire vibrer un je-ne-sais quoi au plus profond de mon cœur. J’ai donc plongé dans un monde ouvert qui permet de vivre une expérience éducative équivalente à l’école, mais qui offre bien plus que cette dernière. La liberté et l’opportunité de choisir: le rythme, l’atmosphère, la nature de tout ce qui peut être appris par les enfants sont des avantages inestimables de l’apprentissage en famille. Naît alors un monde de possibilités les plus emballantes les unes que les autres afin d’apprendre grâce aux expériences quotidiennes que la vie met sur notre chemin. Certes, cette expérience n’est pas seulement qu’idyllique: elle peut comporter son lot de soucis, mais il n’en reste pas moins que le maître de l’apprentissage en famille est l’enfant lui-même, soutenu, guidé et outillé par ses parents selon ses besoins, au moment où ils se font sentir. Avoir la chance d’être à l’écoute de son enfant et de l’aider à progresser en suivant son évolution naturel est l’aspect qui m’a le plus accroché avec le style de vie de l’apprentissage en famille. Par ailleurs, je conviens que cette réalité ne puisse pas convenir à tous et que certains enfants ont besoin de vivre l’expérience qu’offre l’école, comme c’est le cas de notre plus vieux qui a fréquenté le milieu scolaire et a vécu l’école à la maison.

Malgré le fait que j’aie décidé de me consacrer à ma famille à temps plein, j’ai continué à me perfectionner en éducation. J’ai suivi une qualification additionnelle en eLearning qui m’a amenée à enseigner le français langue seconde en ligne pour Canadian Online High School. D’un autre côté, j’ai créé le blogzine LilyAcademix, qui se veut une ressource en continuelle évolution pour découvrir des idées originales et des sujets hors normes en éducation, autant pour les enseignants que les « parents éducateurs ». C’est en utilisant Twitter et Facebook en tant qu’outil de développement professionnel et personnel que je fais mes découvertes et les partage ensuite sur le blogue. Les relations que j’y ai créées m’ont permis de connaître des gens de divers organismes qui ont su me faire confiance et m’inviter à collaborer avec eux sur une base régulière, mentionnons ici l’École Branchée, Carrefour éducation et Alloprof Parents.

De plus, j’ai créé le blogue Ma vie avec mes pissenlits pour partager mon vécu de conjointe de militaire et je suis collaboratrice sur les blogues Je Materne, Marginale et heureuse, Destin enseignante, bien sûr, ainsi que d’autres blogues selon les occasions qui se présentent.

Qu’est-ce qui t’a poussé à faire l’école à la maison avec tes enfants?

Depuis que mes enfants sont jeunes que l’école à la maison m’attire particulièrement. Lorsque notre plus vieux a eu l’âge d’aller en maternelle, je me suis posé la question à savoir s’il serait mieux qu’il fréquente l’école ou qu’il reste avec la famille pour ses apprentissages. Ayant un petit garçon très sociable qui a besoin d’être entouré de gens, et après avoir jasé avec lui de ce qu’il désirait, nous avons convenu qu’il fréquenterait l’école pour sa maternelle.

À la fin de sa maternelle, nous avons appris que le travail de papa serait à l’extérieur de la province. Nous avons mis la maison en vente, mais à la rentrée scolaire, elle n’était pas vendue. Nous avons donc décidé de tenter l’expérience de la scolarisation à domicile pour la première année afin de pouvoir aller et venir à notre convenance d’une province à l’autre. Malheureusement, pour différentes raisons, notre aventure n’aura durée que quelques mois et le retour à l’école s’est fait pour différentes raisons. Nous prévoyons retenter l’expérience de l’apprentissage en famille lors d’un voyage de longue durée en 2018.

Quelle structure ou horaire utilises-tu à la maison pour faire ton enseignement et assurer un équilibre entre l’étude et le temps libre?

Lors de notre expérience de scolarisation à domicile pour la première année de notre fils, j’ai opté pour une structure souple et j’ai favorisé les apprentissages libres ainsi que les discussions informelles en famille. À ceci, nous avons réalisé de petites périodes d’environ une heure d’apprentissages plus dirigés, surtout en après-midi lors de la sieste des plus jeunes. Puisque l’enseignement est d’un ratio un pour un, ces périodes n’ont pas à être très longues pour que les notions de base à apprendre soient consolidées.

Un des avantages de faire l’école à la maison est que nous sommes maîtres de notre horaire. Il est donc possible de participer à une activité avec un groupe de soutien ou des gens qui ont les mêmes occupations pour faire des activités plus formelles à un autre moment. Il est d’ailleurs possible de parler des différents concepts de littératie ou de numératie lors des situations appropriées de la vie quotidienne qui se présentent. Mes enfants ont appris à compter et à lire les chiffres en inscrivant le temps sur le micro-ondes, en lisant l’heure, en dénombrant les autos avec lesquelles ils jouent, etc. Ils ont appris leurs lettres en posant des questions par rapport aux symboles qu’ils voyaient sur différents objets, en cherchant différentes lettres lors de la lecture du soir, en identifiant leur nom écrits sur une feuille ou un mur, …

De plus, nous cultivons nos connaissances par la discussion et la recherche. Si nous avons des questions auxquelles je n’ai pas la réponse, je ne me gênerai pas pour la chercher ou pour demander à quelqu’un de notre entourage. Enfin, j’utilise les vidéos éducatifs pour découvrir de nouveaux sujets et favoriser l’apprentissage de langue seconde. En étant toujours ensemble, il est possible de créer une atmosphère générale d’apprentissage: apprendre devient omniprésent et peut se faire en tout temps!

Quelles sont tes ressources favorites ou tes activités pédagogiques favorites?

Ce que je préfère adopter comme approche pour favoriser les apprentissages est la discussion. Toute question est bienvenue peu importe le moment et nous apprenons au fil du quotidien. J’aime bien sauter sur l’occasion lorsqu’un événement se présente pour jaser de différents sujets et construire de nouvelles connaissances à partir des connaissances antérieures. De plus, les sorties dans les lieux et les musées de différents vocations (bibliothèque, musée des arts ou historiques, centres d’interprétation, etc.) permettent de beaux échanges et de voir concrètement certains aspects qui seraient plus difficiles à aborder autrement. C’est en visitant concrètement certains endroits que les questions les plus intéressantes ressortent et que les souvenirs seront les plus ancrés.

Par exemple, lors du dernier jour du souvenir, nous avons visité Kingston, en Ontario, et avons observé les monuments historiques qui parsèment la ville. Nous avons donc jasé des deux Grandes Guerres, mais plus principalement de la Première Guerre mondiale. Pour compléter, nous avons visionné le film Le baron rouge, qui se déroule lors de cette guerre. Neuf mois plus tard, les enfants nous posent encore des questions sur les guerres mondiales et mentionnent « the red pilot » à l’occasion.

D’un autre côté, j’aime utiliser le numérique qui donne accès à une foule d’informations, de vidéos, de ressources et d’outils et qui facilite grandement l’acquisition et la consolidation de nos apprentissages. Les applications que j’ai utilisées sont relativement variées. Nous avons travaillé :
  • la lecture avec Boukili
  • l’orthographe avec l’application Vocabulaire d’Alloprof
  • les mathématiques avec Netmath (bien qu’il n’y ait pas de programme complet pour la 1e, nous avons fait une partie des exercices de révisions disponibles sur la plateforme), Pet Bingo et Moose Math,
  • la créativité avec différentes applications dont LEGO Movie (stop motion, qui n’est plus disponible au Canada par contre) et Bloxels Builder (création de jeu vidéo). 

De plus, j’ai complété certains concepts en français et en mathématiques avec Edutechno et la version école-maison de Défi-math.

Quels conseils donnerais-tu à un parent qui désire faire l’enseignement à la maison?

Pour être concise, ce que je crois le plus important à tenir en compte lorsqu’on désire enseigner à la maison à son enfant est de bien connaître les besoins de chaque membre de la famille (autant ceux de l’enfant que ceux du parent éducateur), d’avoir une vision relativement claire de ce qu’on désire implanter comme philosophie éducative familiale (et qu’elle soit partagée avec l’autre parent) et d’avoir un réseau de soutien pour nous appuyer et avec qui échanger, puisqu’autant ce mode de vie peut être enrichissant, autant il comporte son lot de défis quotidiens. Il est important de bien s’écouter en tant que personne à part entière afin d’éviter les pièges de l’épuisement parental ou de la dépression. Pour en connaître davantage sur ce que j’ai appris lors de notre expérience, je vous invite à consulter l’article 7 leçons que notre aventure de scolarisation à domicile m’a apprises que j’ai rédigé à cet effet sur mon blogue.

Le blogue à Julie :

Lilyacademix propose des ressources en éducation (liens web, compagnies intéressantes, etc.), des sorties à potentiel éducatif et des événements à saveur éducative que ce soit pour apprendre à l’intérieur ou hors de la boîte. Le blogue s’adresse donc autant aux enseignants qu’aux parents.

Apprenante à vie, Julie R-Bordeleau est une passionnée d’éducation hors de la boîte. Pigiste en éducation et enseignante en ligne, elle adore découvrir de nouvelles ressources et approches qui permettent d’apprendre plus naturellement. Elle dédie son blogue LilyAcademix.ca aux enseignants et à ces acteurs de changement qui réinventent le monde chacun à leur image en scolarisant leur enfant à domicile. Elle partage également du contenu sur sa page Facebook, sur Twitter et sur Instagram.

Aucun commentaire