Comment aider les élèves à enrichir leur vocabulaire


Texte rédigé par notre blogueuse invitée, Marie-Philippe Rodrigue, M.Sc. Orthophoniste

Enrichir le vocabulaire pour améliorer les phrases et le discours

On n’y pense pas toujours, mais le vocabulaire est souvent à la base de bien des difficultés scolaires chez l’enfant, et ce, peu importe sa langue maternelle. C’est d’ailleurs l’un de mes premiers chevaux de bataille lorsqu’il est question d’aider un enfant à améliorer son discours et ses phrases.

En effet, pour élaborer un beau discours, il faut être en mesure de formuler des phrases grammaticales, variées et de complexité variable. Et pour formuler de belles phrases, il faut d’abord disposer d’un répertoire de mots suffisamment étoffé. Si on n’a pas suffisamment de mots et de concepts en tête, comment arriverons-nous à exprimer clairement nos idées? La tâche risque d’être un peu plus difficile…

Un peu de théorie sur le LEXIQUE

Avant d’aborder l’aspect pratique du vocabulaire, je dois quand même passer par un peu de théorie. Le langage se divise en 7 composantes dont le lexique. Le lexique c’est quoi? Pour l’expliquer simplement, ce sont les mots que l’on connait. J’aime comparer le lexique à un espèce de gros dictionnaire interne. De façon générale, plus on vieillit et on progresse dans nos apprentissages, plus ce dictionnaire se remplit.

Dans tous les cas, les individus comprennent toujours plus de mots qu’ils n’en emploient. C’est donc normal qu’un élève puisse comprendre sans difficulté un mot qu’il n’emploiera probablement jamais. Chez certains élèves, le niveau de vocabulaire global (mots compris et dits) est inférieur à la moyenne, et ce, pour différentes raisons que je n’énumérerai pas ici.

Dans certains cas, on note que l’écart entre la quantité de mots compris et la quantité de mots dits est plus grande que la norme. On parle alors de difficultés d’accès lexical. Dans ce cas, la personne a le mot dans son dictionnaire interne, mais n’arrive pas à le retrouver lorsque vient le temps de l’utiliser. Un peu comme si elle cherchait le mot « enfant » dans la section A au lieu de chercher dans la section E. Le mot est là et est classé, mais la personne n’y accède pas pour diverses raisons. Cela peut donc donner l’impression que l’enfant a peu de vocabulaire alors que ce n’est pas le cas.

On différencie une difficulté d’accès lexical à un pauvre lexique par différents indices :

  • L’enfant dit connaitre le mot, mais ne plus s’en rappeler ;
  • L’enfant décrit ou définit le mot au lieu de le nommer ;
  • L’enfant peut retrouver le mot si on lui donne des indices ou le premier son du mot qu’il cherche ;
  • L’enfant remplace le mot qu’il cherche par un autre dont la signification s’en rapproche (p.ex. lion pour tigre).


ATTENTION! Ces manifestations ne sont pas exclusivement associées aux difficultés d’accès lexical de façon causale, mais peuvent tout de même nous pister.

Aider un élève à enrichir son vocabulaire

Dans le cas d’une difficulté d’accès lexical, comme dans le cas où le lexique est pauvre, les stratégies pour amener l’enfant à développer son vocabulaire sont sensiblement les mêmes. Il s’agit tout simplement d’exposer l’enfant au vocabulaire de façon explicite. Quand l’enfant éprouve des difficultés à élaborer son vocabulaire, le simple fait de l’exposer n’est souvent pas suffisant. Il faut aider l’enfant à créer des liens entre le nouveau mot et des mots qu’il sait déjà pour l’aider à mieux le comprendre et ainsi à mieux le retenir.

Par exemple, si je lis un texte à voix haute en classe et qu’on y lit que « le soleil est radieux », pour certains élèves, le mot « radieux » n’est probablement même pas connu. Pour d’autres, ce mot peut avoir déjà été entendu, mais leur représentation de ce qu’il signifie est vague. Il sera alors intéressant, à ce moment, de préciser la signification du mot non pas en allant chercher dans le dictionnaire, mais en créant des liens avec des mots ou des expressions qui pourront aider l’enfant à imager le mot cible. Dans le cas du mot « radieux », on pourrait utiliser le reste de la phrase ou les éléments environnants dans le texte et faire réfléchir les enfants pour qu’ils élaborent leur propre définition (bien entendue en les guidant pour que cette définition soit adéquate) : « Oh ! On lit ici que le soleil est radieux… Hum, qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire. Si je regarde le reste de la phrase, ça me dit que le temps est doux et chaud, que le vent est comme une caresse sur le visage et que les oiseaux chantent… Je devine donc qu’il fait beau dehors et quand il fait beau, il est comment le soleil ? Je pense donc que radieux c’est un mot qui veut dire qu’il y a un beau soleil ! »

Bon évidemment dans mon exemple je vous ai épargné les dialogues avec les élèves, mais mon but est surtout de vous montrer l’importance d’expliciter votre réflexion pour que l’enfant puisse se créer des représentations mentales claires de ce que signifie le mot. Cela est particulièrement vrai pour les termes abstraits. Ce n’est pas toujours évident de décrire la colère par exemple. Par contre, il est possible de mettre une image sur le mot, de demander à l’enfant de nous mimer la colère. Ainsi, la prochaine fois qu’il tombera sur ce mot, il pourra plus aisément le comprendre et fort probablement même l’utiliser.

Il existe plusieurs autres façons d’aider un enfant à enrichir et à préciser son vocabulaire : 

  • Utilisez des exemples mettant l’élève en scène (encore mieux si c’est une situation qu’il vit ou a déjà vécu). Le fait de faire un lien avec un élément vécu ajoute une puissance supplémentaire au mot.
  • Demandez à l’élève de vous dire selon lui ce que signifie un mot que vous savez qu’il connait. Cela l’aidera à renforcer ce mot.
  • Essayez ensemble de trouver un petit mot connu dans le grand mot pour inférer sa signification (ATTENTION L Le petit mot doit faire partie de la même famille que le grand mot). 


Donc lorsqu’un élève éprouve des difficultés en compréhension de lecture et même en résolution de problème mathématique, assurez-vous d’abord qu’il comprend bien les termes mentionnés dans le texte ou les questions. Vous pourriez être surpris de constater que plusieurs mots ne sont pas compris ou bien compris et expliquer quelques unes des difficultés qu’éprouve votre élève.

Marie-Philippe Rodrigue est orthophoniste propriétaire et fondatrice de la Clinique Expression située dans la région de Québec. Passionnée par l'écriture, la technologie et la relation d'aide, elle a également son propre blogue : Marie-Philippe Orthophoniste. C’est pour elle une belle façon de partager son expertise en y ajoutant une petite touche personnelle. Tous les textes qu'elle écrit sont inspirés de situation rencontrées au quotidien et qui l'ont inspirée. Vous pouvez également la contacter pour lui poser directement vos questions.

Aucun commentaire